Vacances d’hiver et activités accessibles

Je n’ai pas une grande expérience de la montagne. Il faut dire que comme tout bon frileux qui se respecte, j’ai tendance à fuir le froid plutôt que l’aimer. De plus, la neige en fauteuil roulant, ce n’est pas l’environnement le plus pratique de prime abord, vous en conviendrez. Voici néanmoins quelques idées si vous souhaitez passer des vacances d’hiver à la montagne !

La pulka

Pour ce faire, il vous faudra un, voire plusieurs gaillards ! La pulka, j’en ai fait la première fois lors de mon épopée sur le Mont-Blanc avec les pompiers de Paris (lire l’article Émotions sur le Mont-Blanc). À l’origine, ce traineau est utilisé pour les expéditions dans les pôles. Les explorateurs embarquent du matériel dessus qu’ils tirent derrière eux. L’entreprise bla-bla a installé un siège à l’intérieur de la pulka pour qu’une personne puisse s’assoir. L’assise a un dossier assez bas. Pour plus de confort, mon dos était calé par un coussin, et une couverture tenait mes jambes au chaud.

La pulka est mon système préféré pour des balades tranquilles sur la neige. C’est doux, silencieux et près du sol. Je vous recommande de l’utiliser sur des terrains plat et où la neige est damée car…
⊗ Nous avons tenté de sortir d’un chemin pour aller sur un manteau neigeux tout frais. Erreur. Nous nous sommes vite enfoncés dans plus de 50 cm de neige. Je ne vous explique pas la galère pour sortir de là.
⊗ Nous avons pris une descente où le traîneau était dans le dévers. Erreur. Le traîneau a basculé et moi avec. Bonjour la face dans la poudreuse.
⊗ Nous avons grimpé en haut d’une montagne. Erreur encore. Mon dos forçait contre la pente pendant toute l’ascension et mes cervicales ont bien morflé.

Je vous ai dit que c’était mon embarcation neigeuse préférée ?!
Maintenant que vous êtes prévenu, vous ne devriez pas rencontrer de difficulté particulière. Vous n’êtes pas non plus obligé de vous balader avec une équipe de rugbymen ou de pompiers. Ça a son charme, certes, mais ce n’est pas facile à dénicher. Plus sérieusement, mes 55 kilos tout mouillés ont été tractés par une seule paire de bras costauds. Si vous en avez plusieurs à disposition, ça permet néanmoins de faire un roulement.

Voici le contact de location de pulka adaptée aux personnes à mobilité réduite : site internet

Côté organisation : on s’est fait livrer la pulka dans un magasin de location de matériel de sports d’hiver (après avoir eu leur accord). Il faut ensuite réexpédier la pulka à l’entreprise.

Chiens de traineau

Un autre moyen de se promener sur la neige : faire une balade en chiens de traineau. En toute franchise, j’en parle ici mais je suis mitigée. C’est en effet un moyen relativement facile de se promener sur la neige quand on a des problèmes de mobilité. On s’installe dans le traineau (prévoir coussin et couverture là aussi) et on n’a rien à faire, si ce n’est regarder le paysage qui défile et les fesses touffues des chiens. Néanmoins, étant en pleine réflexion sur la cause animale, c’est une pratique qui me pose question. Quand on voit qu’ils n’ont même pas le temps de faire leurs besoins tranquille pendant la balade, ou qu’ils se tapent le même parcours toute la journée… Bref, libre à chacun de faire comme bon lui semble, la réflexion est ouverte. Personnellement, je ne suis pas certaine de recommencer.

Ski fauteuil et tandem ski

Que ce soit en tandem ou en solo, les possibilités de skier sont multiples. Tout dépend de vos envies, de vos capacités, du temps que vous avez devant vous, si vous souhaitez apprendre à skier et de votre budget. Je n’ai pour le moment essayé que le tandem ski, c’est-à-dire quand un moniteur de ski pilote le fauteuil. Avant d’embarquer, n’hésitez-pas à lui dire si vous avez des appréhensions ou bien si vous avez des douleurs. Pas la peine de se faire peur ou de souffrir en descendant une piste de bosses ! Il est utile de rappeler que c’est un sport, qui comme tous les sports, n’est pas sans risque. Lors de ma dernière balade en tandem ski, le moniteur avait beau être agréé et formé, cela n’a pas empêché que l’on chute deux fois, ce qui m’a fait souffrir du dos pendant un bon mois. Joie. Je vous rassure, c’est sans doute un cas exceptionnel. Je n’étais jamais tombée lors de mes précédentes balades. Le jeune homme m’a avoué que son ski était abimé, ce qui était certainement la cause de ces vautrages. Autant vous dire que j’ai fait remonter l’info à son boss, histoire que ça ne se reproduise pas avec quelqu’un d’autre.

Si vous allez à la montagne pour skier, je vous conseille de bien vous renseigner en avance auprès de la station. En effet, il existe différents modèles de téléphériques qui ne permettent pas tous d’embarquer avec un fauteuil ski. Ça serait dommage d’être coincé sur la même piste pendant 15 jours. Plus la station a une infrastructure récente, plus vous avez de chance que ce soit accessible. Mais bon, nous savons tous très bien que cette théorie en terme d’accessibilité ne se vérifie pas à tous les coups !

Activités hivernales pas encore testées… 

Je fais ici un petit aparté pour vous parler de choses que je n’ai pas encore testées mais qui sont sur ma liste. Si vous avez déjà essayé, je serais curieuse d’avoir vos retours !

Le ski debout, « go to ski »

Inventé par un moniteur de ski, on trouve à La Plagne le ski debout, nommé « go to ski ». Il permet a des personnes à mobilité réduite, hémiplégiques, amputées, de faire du ski, debout. 

Plus d’info : Antenne Handicap

Voler en parapente

Quand j’ai vu une vidéo d’Olivia de We wheel rock you qui s’élance d’une pente enneigée, je dois dire que ça m’a donné envie ! Voler est tout simplement magique (je vous en parlais dans mon article « sauter en parachute dans un clip de Tryo »). Voler quand tout est recouvert de blanc, j’imagine que ça doit donner une touche de grandiose supplémentaire. Un jour, je surplomberai des paysages enneigés !

Laisser un commentaire

Aucun commentaire

Rédiger votre commentaire