Roulettes et Sac  dos, une globe-trotteuse en fauteuil roulant

La voile : les prémices d’une grande histoire8

Depuis quelques temps vous avez pu voir des photos de moi sur les réseaux sociaux, naviguant sur des voiliers, avec un énorme smile. Il est temps que je vous en dise un peu plus. Que je partage avec vous un peu de bonheur. Mon bonheur.

Du magnétisme à la fascination

L’eau a toujours eu un impact sur moi. C’est un élément qui me parle, qui m’apaise. Je ne sais pas à quoi ça tient. Ça a toujours été comme ça. Je ne saurais en dire plus. Et c’est peut-être d’autant plus étonnant que je n’ai jamais vécu en bord de mer. En Bourgogne, à part le canal, des lacs et quelques cours d’eau, on ne peut pas dire qu’on soit gâté. Idem quand j’ai déménagé à Strasbourg pour mes études. Cependant, je me débrouillais toujours pour longer les canaux, quitte à faire de longs détours. Une telle attirance, un tel magnétisme, ça ne s’explique pas.

Mais revenons-en à la voile. C’est quelque chose qui m’a toujours fasciné. Ces larges morceaux de toiles gonflés par le vent, filant vers l’horizon. C’est beau. C’est gracieux et élégant. C’est terrible aussi lorsque les conditions climatiques se déchaînent. Tout peut très vite changer. Il faut constamment s’adapter. Et ces hommes qui sont là, à jouer avec les éléments, à se battre contre eux parfois, eh bien je les admire. La fascination est totale.

La voile et moi

Pour naviguer, il faut avoir une certaine condition physique : être fort, avoir de l’équilibre, et tout bêtement savoir nager. L’image du marin que la majorité a en tête est bien là : un grand gaillard serré dans un pull rayé. Ce ne sont pas mes roulettes et ma force de mollusque qui vont réussir à me faire rentrer au club des voileux. Je ne rentre pas dans les critères. La voile, ce n’est pas pour moi. Il faut que je me fasse une raison.

Tout ça, c’est ce que je m’étais mis en tête. C’était mes déductions. L’auto-persuasion avait bien fait son travail. Ça semblait même plutôt logique en réalité. Et puis, c’est ce que les gens “normaux” te soufflent à l’oreille inconsciemment. Qu’est-ce qu’une petite nana en fauteuil roulant irait bien foutre sur un voilier ? Beaucoup de danger pour pas grand chose.

Et puis, quelqu’un a mis un grand coup de pied dans tout ces préjugés.

C’était lors d’une conférence à laquelle on m’avait demandé de participer. Il était question de sport et de handicap. Mes voyages et moi devions intervenir dans la partie sur le dépassement de soi. À cette assemblée, Mayeul, le responsable du Comité Handisport de la Côté d’Or était présent, et je me suis reconnue dans ses mots. Il a expliqué que lorsqu’une personne devenait handicapée par accident, elle retrouvait une activité sportive quelques temps après. Une personne handicapée de naissance était, quant à elle, moins facilement atteignable, car le système l’écartait du sport. Et c’est vrai. À l’école, rien n’était adapté ou mis en place pour moi. J’allais attendre en permanence, écartée du reste de la classe et de toute pratique sportive. Alors à la fin de la conférence, je suis allée me planter devant Mayeul et je lui ai dit « Je veux faire de la voile. Et de la plongée. » C’est grâce à lui, grâce à cette conférence que tout a commencé.

Quelques semaines plus tard, je naviguais pour la première fois.

Voile

La bonne claque

Moi qui cherche à montrer via ce blog que voyager en étant handicapé n’est pas impossible, eh bien c’était à mon tour de me faire clouer le bec. Mes idées préconçues et mes fausses excuses sont parties aux oubliettes. Et vous n’imaginez pas à quel point je suis heureuse d’avoir reçu cette bonne leçon. Tout ça en grand partie à cause d’un manque cruel d’informations et d’intégration dans le milieu sportif. Oui je peux faire de la voile. Je peux même en faire en toute seule, avec mes petits bras maigrichons.
Depuis que la voile a fait son apparition dans ma vie, elle ne me quitte pas. Elle a d’ailleurs déjà engendré bon nombre de voyages, d’aventures et de rencontres exaltantes. Une sacrée dose de bonheur.

Mayeul, merci d’avoir croisé ma route.

Partagez si vous aimez !

Tags: ,

About

Audrey voyage seule avec son fauteuil roulant depuis plusieurs années. Le blog Roulettes & sac à dos est né du constat que préparer un voyage quand on a des roulettes, ce n'est franchement pas facile ! Alors retrouvez-ici ses bons plans, ses coups de coeurs, et ses histoires d'handivoyage !

Visit Audrey's website

Rédiger un commentaire ↓

8 replies to La voile : les prémices d’une grande histoire

  1. Coucou ! Je réalise tout à fait ce que tu dis sur le fait d’être “écartée de la voie sportive”. C’est tellement dommage que les collèges et lycées ne soient pas équipés dans ce domaine… J’espère qu’on fera des progrès de ce côté là. Bon sinon, moi je n’ai pas de roulettes qui m’accompagnent au quotidien et pourtant je ne me suis jamais vraiment lancée dans la voile alors que comme toi ça m’attire énormément aussi ! Du coup ça me fait plaisir de lire ton article, ça me fait réaliser qu’il n’y a pas d’âge pour commencer une activité, alors qu’on a tendance à se mettre des freins à ce niveau aussi. genre, “oh non si je suis débutante je serais qu’avec des pré-ados ça va être super chiant…”

    J’aimerais bien savoir si le bateau est aménagé d’une façon spéciale pour te permettre de naviguer ? Quelles sont les modifications ?

    • Audrey

      Merci pour ton commentaire Joana :)
      D’un point de vu scolaire, il y a des progrès à faire, c’est évident. Sensibiliser les profs à la question serait déjà une bonne chose…
      Pour la voile, c’est drôle, je t’avouerai que je ne me suis jamais posé la question de l’âge, même si je vois très bien ce que tu veux dire par là. J’ai une amie qui a repris la fac en première année à 45 ans. Pour le coup, elle s’est retrouvée avec des gamins en amphi… Elle s’est donnée à fond et maintenant c’est une super prof. :) Tu peux toujours en parler avec le club, pour te rassurer. Il doit y avoir ce qu’il faut à Annecy en plus !
      J’écrirai des articles avec photos à l’appui concernant les différents type de bateaux (quand j’aurai un planning plus calme…) Mais pour te répondre rapidement, il existe des bateaux handisport. Ils sont insubmersibles, les bouts sont à portée de main ainsi que le gouvernail. Donc tu es installée dans un siège et toutes les manipulations à faire sont devant toi. Pas besoin de courir sur le bateau. Je sais qu’il existe même des voiliers où tu peux monter à bord avec ton fauteuil roulant, mais je n’en ai pas encore vu.

      • Du coup j’ai fait un tour par ici, re-bonjour Audrey. Il y a, en France, une unité intéressante, le NEO 495 – le plan m’a paru sécurisant et parait performant. Contrairement aux autres bateaux (dont le passionnant Skud 18 – surement le plus performant des bateaux sur le marché – support voile aux Jeux Paralympiques – Jeux sur lesquels il y a un autre sujet, mais un peu “off-topic” ici) les deux équipiers sont côte-à-côte, et le voilier navigue quasiment à plat, ce qui apporte surement un plus en terme de sensation de confort et de sécurité. Après, bien sur, il y a les classiques, le Skud18 (agréé handi-voile, compétitions mixtes aussi, ou filière “valide”) – 2 équipiers (l’un derrière l’autre) et le Sonar (équipage de trois – un bon vieux quillard de la famille des Soling, lourd, pas très rapide mais très tactique) et le 2,4m ou le MiniJI, solitaires, tout petits voiliers sympa comme tout et sécurisants. Je ne sais pas si mon commentaire aide, mais si vous pouvez, allez tester le NEO, c’est un voilier sympa, rapide, sécurisant et facile a manœuvrer. Plein de vidéos sur YouTube sur la question, une association de classe (qui peut renseigner sur la localisation des flottes) sur http://www.classneo495.org

        • Audrey

          Merci pour toutes ces infos ! Jamais testé le NEO 495, mais pourquoi pas un jour ! En attendant, pour moi c’est MiniJi (comme tu as pu le voir sur le blog j’imagine).

          • Bonjour Audrey
            Florin a evoque le Neo495… il existe l association nationale de classe neo495, http://www.classneo495.org
            et pour decouvrir le neo495 : http://www.neo495.com
            sinon si vous etes dans les alentours de paris le 1 juin :

            EVENEMENT : Découvrez la Voile avec Nautique Sèvres et Handisport 92

            Rendez Vous le Mercredi 1er juin 2016 de 14h00 à 18h00

            Vincent Le Texier vous propose de rejoindre son équipe HandiVoile au sein de Nautique Sèvres dans le cadre du programme « VOILE pour TOUS »
            Son but partager une passion et des projets « Sur l’eau, pas de handicap, pas de valide, seulement des navigateurs »
            Visite des installations de l’Association
            Présentation du projet et du voilier NEO 495
            Démonstration sur l’eau et embarquement
            Parc Nautique Départemental de l’île-de-Monsieur
            Inscription auprès de Handisport 92 au 01 46 32 34 34 ou Nautique Sèvres au 06 75 39 02 51

          • Audrey

            Bonjour Agnès et merci pour votre message.
            Je ne serais malheureusement pas sur Paris le 1er juin.
            Merci en tout cas d’avoir partagé ces informations avec moi !
            Bonne continuation et bon vent ! :)

  2. bernard jean michel

    salut Audrey ,
    je viens d e découvrir ton intérêt pour la voile , je suis paraplégique , j’ai eu l’opportunité de faire l’an passé une partie de transatlantique en monocoque , c’était une découverte , aujourd’hui je travaille à poursuivre cette aventure , on a créé l’association caphandi pour cela , le bateau support de l’activité est basé à la rochelle , une page fb ” cap handi ” est créée ^pour cela , je t’invite à la rejoindre . n’hsite pas à prendre contact , jean michel 06 11 04 64 06

    • Audrey

      Merci Jean Michel. Comme tu as du le voir, j’ai également suivi la Route du Rhum cette année là. On s’est peut-être croisé sur les pontons. En tout cas, le projet est très intéressant. J’adorerai faire la voile hauturière.
      On se tient au courant ? À bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *