Roulettes et Sac  dos, une globe-trotteuse en fauteuil roulant

Top 5 de mes pires galères d’avion en fauteuil roulant9

Le moment qui me stresse le plus quand je voyage, c’est lorsque je dois prendre un avion. C’est vraiment le moment critique. Non pas parce que je suis claustrophobe ou que j’ai peur d’un crash (au contraire, je peux difficilement m’empêcher de sourire comme une idiote au décollage), mais parce que j’ai un fauteuil roulant. Et qui dit fauteuil roulant et avion dit possible problème en tout genre. Voici mon top 5 de mes pires galères d’avion en fauteuil roulant ! En espérant que la liste ne s’allonge pas !

Premier vol, première galère : les traces d’explosifs !

Il y a plus de deux ans, je prenais l’avion pour la première fois pour Barcelone. À l’aéroport d’Orly, mes inquiétudes étaient tournées vers mes roulettes, et non pas sur le vol en lui même, ce qui aurait pu être légitime. Alors que mon fauteuil se faisait réquisitionner pour être mis en soute, on me conduisit en salle d’embarquement. Et c’est quand l’embarquement commença qu’on vint me chercher, non pas pour m’accompagner jusqu’à la porte de l’avion, mais pour m’annoncer : “Mademoiselle, on a un problème avec votre fauteuil roulant. On a trouvé des traces d’explosifs”. Ah…

Pas la peine de vous dire que je n’étais pas très à l’aise. Du gros moment de flip au tête à tête avec la sécurité de l’aéroport, en passant par les reniflements d’un chien détecteur, je raconte tout dans cet article : Comment j’ai failli ne jamais voir Barcelone… Et si je vous disais qu’en plus mon fauteuil ne fonctionnait pas à l’arrivée, vous me croyez ?!

Oups ! Je roule sur 3 roues !

Quand j’ai vu mon fauteuil arriver à Krabi, en Thaïlande, j’ai tout de suite compris qu’il y avait un truc qui clochait. Je ne savais pas quoi, mais je le sentais. Et puis, je me suis assise dessus. Et là, surprise !  Il s’était transformé en siège à bascule ! 3 roues seulement touchaient le sol ! Impossible de rouler comme ça ! J’ai donc commencé ma ronde, tournant encore et encore autour du fauteuil. L’homme du service d’assistance trouva avant moi : le châssis en avait pris un coup, du genre méchant. Pourtant, c’est l’une des pièces les plus solides de mon engin qui, je le rappelle, pèse tout de même 130 kg. D’ailleurs, l’homme de l’assistance n’arrivait pas à remettre le châssis en place. Durant quinze bonnes minutes son collègue et lui jouèrent des biceps en suant à grosses gouttes ! Et dans un dernier effort, ils réussirent à me remettre mon fauteuil d’équerre ! Mes héros du jour !

fauteuil roulant casse avion

Le châssis n’est plus relié à l’amortisseur.

On m’a rendu mon fauteuil en pièces détachées, et je n’ai pas aimé la blague.

Je suis quelqu’un de plutôt calme et je ne m’énerve pas facilement. (Bon ok, ça dépend des sujets.) Mais quand j’ai aperçu mon fauteuil roulant à Nantes, je me suis vaguement (très vaguement) retenue de ne pas péter un plomb. L’état des lieux était affligeant : batteries posées à l’arrache sur l’assise, l’accoudoir avec le joystick qui pendouille, les cales-pieds en vrac… Mon fauteuil avait été démembré.
Pour les novices en matière de roulettes, sachez qu’un fauteuil roulant n’a pas à être démonté. Le personnel de l’aéroport n’en a d’ailleurs pas l’autorisation. Les connectiques d’un fauteuil électrique sont très fragiles et ne doivent pas être malmenées/triturées n’importe comment et par n’importe qui.
Voyant que je commençais à craquer devant ce triste constat, un passager du même vol est venu m’éclairer. Mon fauteuil avait été démonté sur le tarmac de l’aéroport d’Ajaccio, chose que je n’avais pas vue car j’ai embarqué la première. Cela signifie donc que mon fauteuil a dû être posé comme tel, en morceaux, en soute. On peut alors facilement imaginer que certains éléments aient pu tomber pendant les phases de décollage et d’atterrissage. Inutile de préciser que des batteries, ce n’est pas censé tomber…

Fauteuil en cours de remontage...

Fauteuil en cours de remontage…

Je me suis donc empressée de contacter la compagnie aérienne pour leur demander des explications, dans la joie et la bonne humeur. Le prétexte qu’on m’a alors donné a directement été classé dans mes collectors : mon fauteuil a dû être démonté à cause d’un manque de place en soute. BIIIIIP !!!! ERREUR ! Mon fauteuil, démonté comme il l’était, prenait plus de place qu’en un seul morceau. Alors je veux bien être gentille, mais je n’aime pas trop qu’on me prenne pour une idiote.
Surtout que la vraie raison de ce démantèlement n’est pas très compliqué à comprendre. L’aéroport d’Ajaccio, aéroport international rappelons-le, n’est pas équipé pour les personnes à mobilité réduite. Déjà, pour monter et descendre de l’avion, la personne est portée sur un siège de transfert riquiqui dans les escaliers. En plus d’être terriblement inconfortable, est-ce que quelqu’un s’est déjà demandé ce qui arriverait si l’un des porteurs trébuchait ? Moi je vous le dis : SPLASH ! Tout le monde dégringole ! Mais revenons-en au transport de matériel si vous le voulez bien. Imaginez la scène : l’entrée de la soute est haute, elle arrive environ à la poitrine d’un homme. Alors quand vous devez porter 130kg de fauteuil à bout de bras à une telle hauteur, vous en bavez, évidemment. Et c’est bien pour cette raison que mon fauteuil a dû être démonté. Parce que mon fauteuil est lourd et que l’aéroport connait un manque criant d’infrastructures.

Dis, l’aéroport d’Ajaccio, ça serait bien de s’équiper un peu ! Les passagers et leur matériel médical, ainsi que la santé de tes manutentionnaires, te remercieront !

Mensonge et arnaque d’une compagnie aérienne

Réserver des billets d’avion pour mes différents trajets en Asie n’a pas été de la tarte. C’est d’ailleurs l’un des points qui m’a le plus fatiguée, énervée et pris du temps. Rien que ça oui. Certaines compagnies aériennes me refusaient juste parce que je suis handicapée et/ou que je transportais un fauteuil roulant, qui plus est électrique. Ça me hérisse le poil encore aujourd’hui tellement c’est aberrant et discriminant à souhait. Mais au moins, ces refus avaient “le mérite” d’être clairs. Parce que j’ai aussi eu le cas d’une compagnie, Vietjet Air pour ne pas la citer, qui annonçait “Pas de souci” et qui, une fois mon billet en poche, m’a refusée… Non seulement ils ne voulaient pas prendre en charge mon fauteuil car trop lourd (contrairement à ce qui était écrit sur leur site) mais en plus ils ne pouvaient pas m’aider à gravir l’escalier menant à l’avion (bis). Ah oui, j’ai oublié de vous dire qu’en plus de ne pas respecter leur engagement et d’avoir un service à la personne de merde (désolée, je suis en panne de qualificatif), ils ne voulaient même pas me rembourser.

Je suis entrain de vous concocter un article Handicap : ces compagnies aériennes qui m’ont refusée où vous trouverez non seulement une liste de noms de compagnies qui ne veulent pas s’enquiquiner avec les handi, et vous pourrez découvrir le dénouement heureux (oui oui) de l’affaire Vietjet Air.

fauteuil roulant casse avion vietjet air

Fauteuil cassé, inutilisable, après un vol

J’ai gardé le meilleur pour la fin ! Certains d’entres vous s’en souviennent sûrement : mon fauteuil a été très très très abîmé lors du trajet Hong-Kong > Paris. (Je vous remercie encore pour votre soutien et vos mots doux quand cette tuile m’est tombée dessus !)  Cela fait maintenant 1 mois et demi que je suis rentrée, et le problème n’est toujours pas résolu…

Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi, l’une des roues arrière a été fracassée, les cales-pieds sont tordus et rayés, et pleins d’autres petits bobos qui ont mis mon fauteuil K.O. Impossible de le faire rouler. Je suis toujours en pour-parlé avec Aeroflot et en attendant, j’utilise un fauteuil de prêt.

Et après…

J’ai conscience que ce top 5 rendra certains d’entres vous encore plus frileux à prendre l’avion… Si on veut se la jouer philosophe, il faut se dire que les pépins font parties du voyage et qu’après on arrive à en rire ! Je vais vous concocter d’ici peu un article avec des conseils pour limiter les risques de casses et un autre pour vous expliquer comment ça se passe, concrètement, de prendre l’avion avec un fauteuil roulant.

Partagez si vous aimez !

Tags: , , , , , , ,

About

Audrey voyage seule avec son fauteuil roulant depuis plusieurs années. Le blog Roulettes & sac à dos est né du constat que préparer un voyage quand on a des roulettes, ce n'est franchement pas facile ! Alors retrouvez-ici ses bons plans, ses coups de coeurs, et ses histoires d'handivoyage !

Visit Audrey's website

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Top 5 de mes pires galères d’avion en fauteuil roulant

  1. Pas cool! L’être humain peut vraiment être détestable, surtout quand il peut se planquer derrière une entreprise…

  2. daniel

    Bjr Audrey connaissant le monde de l handicap je suis en colère et horrifié devant toute ces maladresse et de ces incompéten

  3. J’ai lu ton article en m’attendant à des détails amusants, mais pas du tout à ça ! Je pensais naïvement que toutes les compagnies non seulement acceptaient les PMR, mais traitaient le matériel avec précaution !
    Bon, mais après, tu as raison, ça ne doit pas empêcher de voyager, à force, peut-être que les mentalités changeront. :-)

  4. Vous avez vraiment du courage à entreprendre tant de voyages. Au moins vos commentaires sont utiles pour d’autres et je lirai avec intérêt l’article sur les conseils pour limiter la casse.

  5. Je vois que tu es une galérienne de l’avion ! Un point de plus en commun ma poule, même si pour le coup, tes raisons sont bien plus affligeantes que les miennes… Heureusement que ta bonne humeur légendaire est là pour sauver la mise 😉

    • Audrey

      On ne va peut-être pas prendre l’avion ensemble tout de suite alors… À moins que ce soit comme en math: 2 négatifs = 1 positif ! ^^

  6. Nadege Daniel

    Bonjour, j’aimerais partir mais le risque que mon fauteuil électrique soit inutilisable me fait un peu peur. D’autant plus que si c’est lors du voyage aller, je vais être bloquée dans ma chambre d’hôtel…… Est ce que nous avons des recours, des solutions si je rencontre cette difficulté. De plus, Je ne peux pas en louer un autre car le joystick est rehaussé …

    • Audrey

      Bonjour Nadege,
      Elle est compliquée, la question du transport de fauteuil en avion…
      Déjà, il faut faire de la prévention : communiquer avec la compagnie aérienne en amont, protéger le joystick et autres parties sensibles (papier bulle), faire des pancartes expliquant comment le mettre en roues libres, se renseigner sur une assurance supplémentaire…
      Tous les petits pépins que j’ai eu dans mes trajets “aller” ont pu être résolu sur place, avec un coup de main du personnel de l’aéroport. Mais en cas de grosse casse, aller au bureau des réclamations et ne pas quitter l’aéroport sans solution convenable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *